Excellence d’entreprise

Lorsque le cuisinier passe plus de temps en salle de réunion ..

Allez dans les cuisines de votre entreprise, d'observer et de poser autant de questions que possible pour mieux comprendre l'art de la cuisine.
Peter De Clerck

Un collègue m’a récemment raconté une histoire. S’agit-il d’une histoire vraie ? Honnêtement, je n’en sais rien. Mais cela n’a pas d’importance. Tout ce que je sais, c’est que je dois la partager avec vous tous.

La voici.

Il y a quelque temps, ce collègue donnait une formation en excellence opérationnelle pour les gens importants du 99e étage, si vous voyez ce que je veux dire. Imaginez à quel point il était enthousiaste.

Il faisait vraiment de son mieux et était convaincu de faire passer son message. Il ne s’attendait sûrement pas à lire l’e-mail suivant le lendemain matin :

Merci pour votre formation d’hier. J’ai remarqué que vous avez réservé du temps dans mon agenda pour visiter notre usine de production jeudi afin de voir comment se passent les choses sur le terrain. Pouvez-vous me rappeler l’objectif de cette initiative ? Et est-il possible de limiter la visite à 1 heure dans un mois ? Cela s’accorderait mieux avec nos emplois du temps. Merci.

Quel choc !

  • « N’ai-je pas été assez clair ?», se demanda-t-il.
  • Pensait-il qu’encourager le management à aller voir la réalité sur le terrain serait une chose aisée ?

Son histoire m’a beaucoup fait réfléchir. Enfin, dans une certaine mesure, car ces dernières semaines, je n’ai pas pu éviter les innombrables émissions de cuisine à la télévision ou même sur les réseaux sociaux. Toute la journée, je me demandais ce que l’expression « du sexe dans l’assiette » pouvait bien vouloir dire, mais cela m’a en tout cas convaincu qu’il y a moyen de beaucoup s’amuser en cuisine.

En fait, n’est-il pas évident qu’une cuisine ressemble à un bureau et qu’un chef a très bien compris comment créer de la valeur pour le client en lui proposant un plat délicieux ?

D’un autre côté, le management semble généralement penser que la valeur ajoutée réside dans le temps passé en réunion. Est-ce que nous créons vraiment de la valeur pour le client ou est-ce que nous :

  • passons trop de temps à rassembler des données
  • créons d’innombrables rapports avec une foule de KPI
  • générons de la frustration auprès de nos collègues
  • discutons des résultats sans même connaître la réalité du terrain

Alors pourquoi faisons-nous tout cela ?

Il est peut-être temps de revenir à une approche efficace et extrêmement simple pour la gestion des organisations. Elle repose sur le bon sens et ne coûte pas cher. Deux des facteurs qui monopolisent généralement l’attention.

Masaaki Imai, fondateur du Kaizen, est la référence en la matière. Le kaizen consiste en l’amélioration continue, progressive, impliquant tous les managers et les travailleurs. Il affirme qu’à chaque fois que vous recevez une promotion, vous vous éloignez un peu plus de la réalité. Lorsque vous accédez au poste de CEO, vous êtes donc la personne la plus stupide de votre organisation. Vous êtes heureux(se) de ne pas être CEO, n’est-ce pas ?

Quoi qu’il en soit, il ajoute aussi que plus vous grimpez sur l’échelle, moins vous êtes au courant des problèmes concrets. De manière contradictoire, les décisions sont prises à un niveau où l’on a qu’une connaissance limitée voire inexistante des réels problèmes.

En tant que managers, nous pensons que nous pouvons y remédier en se fiant aux chiffres, mais c’est justement le piège à éviter. Afin d’interpréter correctement les chiffres, nous devons nous rendre au Gemba (= là où se trouve la réalité).

Pour conclure, je vous dirais : donnez-vous du temps, n’ayez pas peur d’aller dans les cuisines de votre entreprise, d’observer et de poser autant de questions que possible pour mieux comprendre l’art de la cuisine. C’est là que le travail est effectué et c’est le seul endroit où l’on peut ajouter de la valeur aux processus opérationnels, selon Masaaki Imai.

  • Résolvez le problème à la racine
  • Empêchez-le de se reproduire
  • Et vous obtiendrez une meilleure qualité, une livraison à coût réduit…

Vous serez surpris(e) de voir à quel point cette contribution affectera de manière positive la valeur proposée au client. Blague à part, vous comprendrez peut-être pourquoi on peut tant s’amuser en cuisine.

#stopcookingthebooks

Merci d'avoir lu

Contactez notre expert

Peter De Clerck