Santé
Gestion de l’information

La construction du DPI

L’aspect le plus important d’une rénovation ou de la gestion d’un programme DPI, c'est la collaboration avec des personnes.
Thomas Haspeslagh

Pas mal de nos amis pensent que nous sommes fous! Notre maison, construite voici cinq ans à peine, est en effet à vendre. Elle répond à toutes les exigences, est dotée d’un vaste jardin et chacun de nos enfants dispose de sa propre chambre. Elle possède en outre un certificat PEB de valeur 19 – ce qui signifie, pour les profanes, que nous avons été, ces cinq dernières années, entièrement autosuffisants en termes de chauffage et d’électricité. Pourquoi, dès lors, la mettre en vente ? Et bien parce qu’en cinq ans, nos besoins en tant qu’occupants ont changé et que le contexte a lui aussi évolué.

De la même façon, un DPI intégré est lui aussi indispensable pour continuer à fournir un travail de qualité, en tenant compte des attentes des patients et du personnel soignant, et continuer à s’adapter au contexte en mutation. Dans ce contexte changeant, les « Belgian Meaningful Use Criteria » (les normes de construction dans le secteur des soins de santé si vous voulez), deviennent chaque année un rien plus ambitieuses. Si l’on considère la situation avec un peu de recul, tout cela semble parfaitement logique et s’inscrit dans la vision d’avenir qui tend vers numérisation complète – avec tous les avantages évidents qui y sont liés. Dans certains cas concrets, il faut y ajouter une bonne dose de connaissance du domaine et du terrain pour répondre à toutes les exigences en temps voulu.

Ceci étant, la seule connaissance du domaine ne suffit pas. Un plan de construction ou de projet se révèle une condition indispensable au lancement d’un projet. S’en tenir coûte que coûte à ce plan initial peut parfois provoquer l’arrêt total du projet. Le fait de réagir de façon adéquate à des circonstances changeantes, tout en communiquant ouvertement à ce propos, n’a encore jamais faussé la moindre instruction électronique ou mis le moindre seuil de guingois. Depuis la fenêtre coulissante, sur le seuil, ou par le biais du contrôle d’interaction de l’instruction, on peut d’ailleurs bénéficier d’une très jolie vue sur les environs, ou sur le schéma de médication. Cela ouvre des perspectives inconnues et dès lors peu appréciées avant le changement proprement dit. Il s’agit donc là d’une incitation à rénover ou à continuer à travailler en tant que manager d’un programme DPI.

Tout cela m’amène à l’aspect le plus important d’une rénovation ou de la gestion d’un programme DPI, à savoir la collaboration avec des personnes. On a ainsi la chance de collaborer avec divers entrepreneurs ou spécialistes. Chacun possède sa propre expertise et peut générer une plus-value incroyable dans le cadre du projet s’il sait ce que représente sa contribution à l’ensemble. Des aspects techniques guettent toujours, mais ne doivent jamais prévaloir sur la convivialité d’un logement ou d’un DPI. C’est en étroite concertation avec vos cohabitants ou votre personnel soignant que vous devrez passer l’ensemble de votre maison ou de votre gestion de dossier actuelle en revue, afin de pouvoir travailler de manière aussi efficace que possible dans votre maison rénovée ou dans le DPI concerné. Si vous comptez sur une voiture sans chauffeur, ou sur le chargement automatique de toutes les informations nécessaires dans le registre des cancers, vous ne devrez évidemment plus prévoir de garage ou d’impression des données collectées.

À mes yeux, actuellement, la rénovation et la gestion de programme DPI convergent, un phénomène qui, en ce qui me concerne, risque de se poursuivre ces prochaines années!

Merci d'avoir lu

Contactez notre expert

Thomas Haspeslagh